"Rien n'est impossible", Claire - Major de promo

Pourquoi commencer mon témoignage par une photo de la coque de mon portable ? Pour deux raisons : d’abord parce que c’est un cadeau de mon mari au moment où j’ai décidé de changer de vie professionnelle et de me lancer dans le concours de l’agrégation. Ensuite, parce que le message est important : « Rien n’est impossible ».

Coque rien n'est impossible
  1. J’écris ce témoignage une semaine après avoir eu le résultat de l’agrégation externe et un an pile après avoir décidé de m’inscrire à ce concours.
  2. Je n’ai, évidemment et malheureusement, pas de solution miracle. En revanche j’ai quelques éléments qui me paraissent fondamentaux.
  3. Je n’oublierai jamais la préparation d’Agol

Si une seule phrase doit résumer mon état d’esprit pendant cette année de préparation c’est cette phrase : « rien n’est impossible ». Cela ne veut pas dire que je pensais réussir le concours (ce serait prétentieux) mais ça veut dire que je pensais que c’était « possible » mais aussi que je remerciais mon mari de sa confiance et son soutien. C’est une aventure familiale.

 

J’écris ce témoignage une semaine après avoir eu le résultat de l’agrégation externe et un an pile après avoir décidé de m’inscrire à ce concours.

Avant cela j’ai travaillé pendant près de 16 ans : j’ai été expert-comptable, j’ai créé un cabinet mais en Juin 2017, j’ai souhaité changer de vie. J’ai vendu le cabinet, et je me suis inscrite au concours. Par ailleurs j’ai souhaité travailler en parallèle, car je voulais avoir un peu d’expérience d’enseignement. J’ai donc fait des remplacements en BTS, et j’ai écrit des cours de comptabilité, pour une société qui fait des MOOC.

Aujourd’hui j’ai obtenu l’agrégation et je vous souhaite le même plaisir.
Alors si à ma petite échelle je peux vous faire comprendre que « rien n’est impossible » c’est avec plaisir.

 

Je n’ai, évidemment et malheureusement, pas de solution miracle. En revanche j’ai quelques éléments qui me paraissent fondamentaux.

  • Premier conseil : je pense qu’il faut d’abord s’écouter soi : chaque cas est différent et unique. A titre personnel je savais que je n’aurais pas étudié efficacement si j’avais dû réviser le concours à temps complet. J’ai donc souhaité travailler en parallèle. Je savais aussi que j’avais besoin de temps libre, de hobbys. Je me suis octroyé des moments « off » et c’est indispensable. En revanche quand j’étais en révision, j’étais à fond. J’étais très organisée, j’ai rendu le maximum de devoirs à Agol, j’ai écouté attentivement les conseils des professeurs. Consciente que je ne pourrai passer des heures chaque jour assise derrière un bureau j’ai choisi d’intégrer la préparation dans ma vie quotidienne : le matin je conduis ma fille à la crèche, fini Nostalgie, vive « BFM radio », fini la lecture de Cosmo, vive « Management ». Je plaisante un peu mais l’idée est là : il est important de vous dire que beaucoup de moments de votre vie quotidienne peuvent être utilisés. En début d’année j’ai fait de petites fiches sur les auteurs : recto le nom/ verso les théories ; j’ai mis ces fiches dans une boîte dans notre salon et demandé à mon mari de m’interroger au hasard, sans me prévenir. Il s’est pris au jeu, et je l’ai surpris à me dire « dis-donc Drucker il t’inspire pas trop » alors que j’étais en train de préparer le dîner. Je me suis entraînée aux oraux devant ma fille de 18 mois : c’est pratique elle, au moins, ne me contredit pas, et comme les membres du jury elle ne laisse rien paraître.

 

  • Autre conseil : travaillez toutes les matières, n’oubliez pas qu’il n’y a pas de coefficient, toutes les matières comptent autant. J’ai donc travaillé surtout ma matière faible : le management. C’est finalement en management que j’ai eu les meilleures notes, tant à l’écrit qu’à l’oral. Pour avoir le concours il faut surtout éviter d’avoir une très mauvaise note, donc ne pas avoir de gros point faible.

 

  • Dernier conseil : dès les épreuves écrites terminées (idéalement avant) commencez à travailler les oraux : il ne faut surtout pas attendre les résultats d’admissibilité pour préparer les oraux. Il faut anticiper, travailler le fond et vous rendre aux oraux blancs de Rennes en ayant déjà bien avancé. Ces oraux blancs sont cruciaux, ils vous permettront de peaufiner votre préparation, de vous entraîner mais surtout de vous remotiver.

 

Je n’oublierai jamais la préparation d’Agol

elle m’a permis d’avoir le concours, et aussi (surtout) de faire de magnifiques rencontres : certes c’est un concours mais je sais que la bienveillance est une force dans cette aventure.

Alors croyez en vous, et n’oubliez jamais « rien n’est impossible ».
 

Cette personne témoigne au sujet de...